Interventions en séance et en commissionVidéos

Commission des affaires sociales Mercredi 25 septembre 2019

Audition de M. Frank Bellivier, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie

 

 

Mme Nadine Grelet-Certenais. – On a très largement évoqué la problématique de démographie médicale. Vous estimez que les IPA peuvent apporter un certain nombre de réponses à la question psychiatrique. Pour autant, il me semble que la médecine psychiatrique n’est pas spécialement valorisée en matière de formation, alors que les besoins sont réels.

Par ailleurs, il existe des manques cruciaux en matière de pédopsychiatres. On trouve ainsi, dans la Sarthe, un centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) en grande difficulté en matière de locaux, et ce depuis fort longtemps. L’équipe en place est tout à fait passionnée mais dénonce ce manque. Or, j’entends que les moyens financiers ne sont pas à la hauteur des besoins de ces structures, pourtant essentielles à la prévention. J’aimerais donc savoir si les CAMSP se verront attribués des moyens particuliers.

Enfin, il existe aussi un problème d’accessibilité, de mobilité et de transports dans le domaine de la prise en charge ambulatoire dans les territoires ruraux. Il me semble indispensable que les personnels – infirmiers psychiatriques, médecins, etc. – puissent se déplacer à domicile afin d’être en phase avec la réalité du malade….

M. Frank Bellivier. – En ce qui concerne l’attractivité de la profession, je pense, en tant que psychiatre, que les chantiers qui sont devant nous sont extrêmement mobilisateurs. Je n’ai pas l’impression que la jeune génération de médecins voie la psychiatrie avec défiance. On n’a pas tellement de problèmes pour constituer les contingents de jeunes internes. Il y a aussi de belles histoires qui, aujourd’hui, en France, fondent cette attractivité. Ainsi, l’activité de recherche occupe une bonne place en termes de production.

On n’a pas de souci à ce sujet en matière de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. L’actualité du moment va certainement contribuer à en augmenter encore l’attractivité.

Concernant votre question au sujet des CAMSP, s’agit-il d’un centre financé par une association médico-sociale ou relève-t-il plutôt du secteur sanitaire ? Comment le projet de prise en charge porté par ce CAMSP s’intègre-t-il dans les démarches plus globales en matière de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent ? Je pense en particulier aux démarches très construites de la délégation interministérielle à l’autisme. Émarge-t-il plutôt dans cette thématique ?

Une priorité est mise sur l’offre de soins générale en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Cette équipe doit donc pouvoir trouver un guichet, au sein de l’ARS ou ailleurs, permettant d’inscrire cette offre et de la soutenir.

Les territoires ruraux n’ont pas le monopole des questions de mobilité en matière d’accès aux soins. Tout près de nous, en Seine-Saint-Denis, certaines populations numériquement importantes sont également éloignées des lieux de soins, y compris ambulatoires.

Là encore, la feuille de route contient un principe directeur. On incite fortement à développer « l’aller vers » et les unités mobiles destinées à la prise en charge des situations aiguës – les unités mobiles de crise -, mais aussi des dispositifs mobiles d’accompagnement au long cours des populations handicapées psychiquement.

Enfin, il existe des projets intéressants en matière de télémédecine psychiatrique qui, il y a encore quelques années, semblait pourtant n’avoir aucun avenir. Les expériences pilotes sont tout à fait convaincantes. Cela ne permet pas de tout régler, mais les communautés de proximité que sont les maisons médicales ou les médecins généralistes doivent être intégrées et pouvoir bénéficier de ce type d’outil pour permettre un avis spécialisé lorsqu’il est requis.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer