Média - Presse

Cheffe de file sur la question de la Télémédecine au Sénat

La Sénatrice a assisté à la présentation du nouveau dispositif en Sarthe.

 

accès télémédecine
C’est un défi que doit relever la Sarthe, confrontée à la pénurie de médecins : assurer l’accès aux soins du plus grand nombre.
La télémédecine est une des solutions. En dermatologie, et bientôt en gériatrie, avec les spécialistes de l’hôpital du Mans.
Une consultation médicale via une caméra et un ordinateur : c’est ce que l’on appelle une « téléconsultation ». Le patient se trouve dans le cabinet médical de son médecin généraliste ou dans son Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

À des kilomètres de là se trouve le médecin spécialiste, à l’hôpital. Ce n’est pas de la science-fiction. Mais déjà une réalité en Sarthe. Les premières consultations sont déjà données ainsi dans une demi-douzaine d’établissements. Aujourd’hui, uniquement en dermatologie (ulcères, escarres, plaies chroniques…).

Un médecin généraliste peut aussi, par ce même biais, consulter un confrère spécialisé pour lui demander son expertise, en lui envoyant une photo. Sauf urgence, « la réponse est apportée dans la semaine ».

ARS, collectivités locales, CPAM

 

En Sarthe, où le manque de médecin devient préoccupant, la télémédecine est présentée comme un moyen, « pas une finalité », d’améliorer l’accès aux soins.

Les collectivités l’ont bien compris. Région, Département et Le Mans métropole soutiennent, y compris financièrement, l’initiative. L’Agence régionale de santé est à la manœuvre. C‘ est elle qui assure le gros des investissements et la formation des personnels « dans les établissements qui en font la demande », insiste bien son directeur général, Jean-Jacques Coiplet.

En Sarthe (1), elle a ainsi investi 500 000 € pour les quinze premiers établissements volontaires et prochainement douze Ehpad, pour des consultations de gériatrie. Prochaine étape : la cardiologie. Un électrocardiographe fait partie du matériel.

Présentation télémedecine

Un équipement entre 9 600 et 14 000 €

 

L’équipement consiste en un ordinateur, une caméra « pouvant grossir vingt fois », une caméra portative permettant de prendre des photos et de les envoyer au spécialiste et un stéthoscope connecté. Qu’il soit mobile (sur un chariot) ou dans une salle, l’équipement coûte entre 9 600 € et 14 000 €.

« Il ne s’agit pas de remplacer des médecins, rappelle Christelle Morançais, présidente de Région. C’est un levier supplémentaire. » 

Stéphane Le Foll, le maire, y voit lui, justement, la possibilité « d’attirer d’autres médecins en leur donnant un contexte le plus aidant possible ». 

C’est « un nouveau service public » pour Dominique Le Mèner, président du Département. Qui pourra prendre tout son essor quand la Sarthe sera entièrement équipée en très haut débit, en… 2022.

Partenaire incontournable, la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) a elle aussi évolué : les téléconsultations sont remboursées au même titre que celles en face-à-face. « Cela permettra des économies au système de santé. »

télémedecine

« Cœur de métier »

 

À l’avenir, d’autres professionnels de santé seront associés. Des pharmaciens, par exemple, pourront accueillir un lieu de consultation à distance.

Les avantages ? Multiples selon les interlocuteurs : sécurité, traçabilité, confidentialité, désengorgement des urgences, meilleur accès aux spécialistes, réductions des délais et des transports pour les plus fragiles…

En gériatrie, les médecins assurent qu’ils peuvent ainsi se « recentrer sur leur cœur de métier en se consacrant davantage au patient ». Déshabillage, rhabillage, temps administratif étant pris en charge par le personnel de l’Ehpad.

Mais Dominique Frandin, président de la commission médicale de l’hôpital, met toutefois en garde : « Plus l’accès à des soins est facilité, plus la demande augmente. »

(1) Dans les Pays de la Loire, il y a 63 projets dans 150 établissements.

Source
Ouest-France
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer